Nouvelles
Accueil / Nouvelles / Tesla frappe un grand coup à Montréal

Tesla frappe un grand coup à Montréal

Le fabricant californien de véhicules électriques de luxe Tesla Motors est sur le point de frapper un grand coup à Montréal. L’entreprise fondée en 2003 par Elon Musk ouvrira son premier véritable magasin au Québec sur la rue Ferrier, a appris La Presse Affaires.

Le bâtiment d’environ 45 000 pieds carrés se situe dans le voisinage de l’Orange Julep, à l’ouest de l’autoroute Décarie, dans l’arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce. Il deviendrait, nous dit-on, l’un des plus importants points de service de Tesla en Amérique du Nord.

Toujours selon nos informations, Tesla dépensera plus d’un million de dollars pour aménager les lieux à son goût. Avec des travaux de cette envergure à l’agenda, l’ouverture ne pourra se faire avant les derniers mois de 2014 ou le début de 2015. Un courriel adressé au service de presse de Tesla en Californie est resté sans suite.

Dans un article paru le 31 mars 2014, La Presse Affaires, qui s’était rendue au siège social de Tesla à Palo Alto, écrivait qu’un point de vente ouvrirait à Montréal cette année. Mais le secret devait être maintenu jusqu’à la dernière minute, et rien ne serait annoncé avant la signature d’un bail en bonne et due forme.

Association naturelle

Que Tesla s’installe avec faste au Québec tombe sous le sens. La province est branchée, comme on le sait, sur de vastes ressources hydroélectriques qui font sa fierté. Le gouvernement provincial mène d’ailleurs une ambitieuse politique d’électrification des transports.

Tesla est le fabricant automobile de l’heure. Son modèle S, qui va de 0 à 100 km/h en 4 secondes, fait fureur auprès des vedettes d’Hollywood. Le magazine Consumer Reports a qualifié la voiture de «presque parfaite» et lui a accordé la note de 99 %. Inscrite en Bourse, l’action du constructeur (TSLA,) se vend à 78 fois les profits de 2015.

On dénombre au 31 juillet environ 250 véhicules Tesla immatriculés au Québec. Le prix de départ du modèle S – plus de 70 000 $ – limite pour l’instant les ventes dans la province, mais celles-ci sont susceptibles de prendre leur envol quand le modèle de «troisième génération», qui devrait coûter de 30 000 à 40 000 $, fera son apparition, autour de 2017.

À Montréal, le bâtiment choisi a hébergé dans le passé un concessionnaire Chrysler et, auparavant, une concession Infiniti. Le garage compte une dizaine de postes de travail, communément appelés baies de services, et dispose d’un garage intérieur pour loger les véhicules en stock. La salle d’exposition servira à exposer ses nouveaux véhicules, comme le modèle X, à quatre roues motrices.

Lors de notre visite des lieux jeudi, des employés de la compagnie National Démolition s’affairaient à dégarnir l’intérieur du garage.

Depuis décembre dernier, les plus importantes installations canadiennes de Tesla se trouvent au 1325, avenue Lawrence Est, à Toronto, un ancien concessionnaire Lamborghini de 17 000 pieds carrés.

Une entreprise exceptionnelle

Entreprise révolutionnaire avec ses stations superchargeurs capables de recharger 50 % de la batterie en 20 minutes réparties bientôt aux quatre coins de l’Amérique, Tesla a un modèle d’affaires distinct. Ses ventes se font principalement par internet et non par l’entremise de concessionnaires. Ses magasins servent surtout à mettre ses modèles en vitrine et à inviter les clients à un essai routier.

Ses points de vente ressemblent d’ailleurs plus à une boutique Apple qu’à un concessionnaire Ford. Tesla s’installe volontiers dans des centres commerciaux de haut de gamme. Dans la Ville-reine, le fabricant automobile s’est installé dans le mail Yorkdale, dans un local de 2500 pieds carrés faisant face aux boutiques Apple et Microsoft. Il a aussi pignon sur la très recherchée rue Robson à Vancouver.

À Montréal, la société a choisi de se rapprocher des quartiers cossus de Mont-Royal, Hampstead, Côte-Saint-Luc, Outremont, Notre-Dame-de-Grâce et Westmount. Tesla n’est d’ailleurs pas le seul vendeur d’autos de luxe du quartier. De bord et d’autre de l’autoroute Décarie à cette hauteur, l’automobiliste en moyen peut choisir entre Mercedes, Jaguar et Rolls-Royce.

Depuis la fin de 2012, Tesla exploite temporairement un modeste centre de services sur le boulevard des Laurentides, à Laval, où il est possible d’effectuer des essais routiers sur rendez-vous. Nous n’avons pas pu parler directement au représentant Tesla, Renaud-Pierre Bérubé.

Son adjointe a confirmé que les clients qui passaient une commande devaient attendre trois mois avant de prendre livraison de l’objet de leurs désirs. Elle a dit que le magasin montréalais n’ouvrira pas ses portes avant 2015.

Source: lapresse.ca

Discutez de cet article directement sur le forum de discussion.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Yes No